Propriétés et vertus de l’Hématite

//Propriétés et vertus de l’Hématite

Propriétés et vertus de l’Hématite


Très commune sur la Terre, l’hématite se trouve aussi en abondance sur Mars. Sous forme de poudre rouge, elle colore toute cette planète. Il existe des régions martiennes couvertes d’hématites en gros cristaux gris métallique, et les scientifiques s’interrogent car le plus souvent cet aspect minéralogique particulier requiert l’action de l’eau au moment de sa formation. Une ancienne forme de vie, végétale, animale, ou autre, est alors envisageable…

Peut-être révélatrice de vie sur Mars, l’hématite, accompagne les progrès de l’humanité terrienne depuis la préhistoire la plus ancienne. Déconcertante par ses nombreux aspects, la « dame de fer » peut se montrer écailleuse ou très douce, terne ou brillante. Ses couleurs nous trompent aussi, comme le feu sous la cendre, le rouge est souvent caché par le gris et le noir.

Caractéristiques minéralogiques de l’hématite

L’hématite composée d’oxygène et de fer se classe parmi les oxydes. Elle voisine ainsi avec les prestigieux rubis et saphirs mais n’a pas la même ascendance ni la même rareté. C’est un minerai de fer extrêmement commun. Il naît dans les roches sédimentaires, dans les roches métamorphiques (dont la structure s’est transformée au cours d’une élévation de température ou d’une pression élevée), dans les milieux hydrothermaux ou de fumerolles volcaniques. Son taux de fer, légèrement inférieur à celui de la magnétite, peut atteindre 70 %.

Sur Mars, on trouve de l'hématite en abondance

La dureté de l’hématite est moyenne (5 à 6 sur une échelle de 10). Elle est infusible et résiste passablement aux acides. D’un éclat terne à métallique, elle présente un aspect opaque avec des teintes habituellement grises, noires ou brunes, accompagnées parfois de reflets rougeâtres. Plus les variétés sont finement grenues, plus la couleur rouge est présente.

Cette particularité se retrouve en observant le trait de l’hématite, c’est-à-dire la trace laissée après un frottement sur une porcelaine brute (l’envers d’un carreau). Peu importe sa couleur, l’hématite laisse toujours un dépôt rouge cerise ou brun-rouge. Ce signe particulier l’identifie avec certitude.

L’hématite, contrairement à la magnétite bien nommée, n’est pas magnétique mais peut le devenir faiblement après chauffage. Les pierres faussement désignées « hématites magnétiques » sont en réalité des « hématines » issues d’une composition complètement artificielle.

L’apparence de l’hématite varie beaucoup selon des facteurs liés à sa composition, sa localisation et à la température présente lors de sa création. On observe des lamelles minces ou épaisses, des masses granulaires, des colonnes, des cristaux courts… Certaines formes sont si particulières qu’elles possèdent leur propre nom :

La Rose de Fer, hématite micacée en forme de rosette

  • La rose de fer : hématite micacée en forme de rosette, agrégat écailleux étonnant et rare.
  • La spécularite : hématite spéculaire, son aspect lenticulaire très brillant réfléchit la lumière.
  • L’oligiste : cristaux bien développés, minéral ornemental d’excellente qualité.
  • L’ocre rouge : forme argileuse et terreuse en grains fins et tendres, utilisée comme pigment depuis la préhistoire.

Les inclusions d’hématite dans d’autres pierres comme le rutile, le jaspe ou le quartz offrent un effet spectaculaire et sont très recherchées. On connaît aussi la belle héliolite, surnommée pierre de soleil, qui scintille grâce à la présence de paillettes d’hématite.

Provenance de l’hématite

Les cristaux d’hématite les plus gros et les plus étonnants ont été extraits au Brésil. Des mineurs ont découvert une rare association d’hématite noire et de rutile jaune à Itabira, dans l’état du Minas Gerais. On y trouve aussi la très rare itabirite qui est un micaschiste dont les paillettes de mica sont remplacées par de l’hématite.

Parmi les autres lieux particulièrement productifs ou renommés, on citera : l’Amérique du Nord (Michigan, Minnesota, près du Lac Supérieur), le Venezuela, l’Afrique du Sud, le Liberia, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Chine, le Bangladesh, l’Inde, la Russie, l’Ukraine, la Suède, l’Italie (l’Île d’Elbe), la Suisse (Saint-Gothard), la France (Puy de la Tache, Auvergne. Framont-Grandfontaine, Vosges. Bourg d’Oisans, Alpes).

Étymologie et signification du nom « hématite »

Le mot hématite vient du grec Haima, "sang"Son nom vient du latin haematites lui-même dérivé du grec haima (sang). Ce nom est bien sûr une allusion à la couleur rouge de sa poudre qui colore l’eau et la rend semblable au sang. Grâce à cette caractéristique, l’hématite rejoint une grande famille de mots, tels que : hématome, hémophilie, hémorragie et autre hémoglobine…

En français, on l’appelle parfois simplement pierre de sang. En allemand, l’hématite est pareillement désignée sous le nom bludstein. L’équivalent anglais bloodstone étant réservé à l’héliotrope, on la retrouve sous le terme hematite dans les pays anglophones.

Les lapidaires du Moyen-Âge la nomme « ematite » ou parfois « amatiste » d’où des confusions possible avec l’améthyste. On l’appelle plus tard pierre hématite.

Le terme oligiste, réservé habituellement à l’hématite en grands cristaux, est employé fréquemment au XIXème siècle pour désigner l’hématite en général. René-Just Haüy, célèbre minéralogiste lui attribut ce nom, dérivé du grec oligistos, signifiant « très peu nombreux ». Est-ce une allusion au nombre de faces du cristal ou à sa teneur en fer ? Les avis sont partagés.

L’hématite à travers l’histoire

Dans la préhistoire

Les premiers artistes sont les homo-sapiens et les premières couleurs sont les ocres. Bien avant cette période, l’hématite, sous sa forme d’ocre rouge, est certainement utilisée en ornementation corporelle. Le désir de peindre sur un autre support que soi-même ou ses congénères s’est éveillé avec l’amélioration des techniques : le broyage des pierres et leur dilution dans l’eau ou la graisse.

L’ocre rouge a dessiné et coloré les bisons et les rennes de la grotte Chauvet (30.000 ans env.) et de la grotte de Lascaux (20.000 ans env.). Elle se ramasse ou peut se fabriquer en chauffant de la goethite, une ocre jaune beaucoup plus abondante. Les premières mines d’hématites sont exploitées plus tard il y a environ 10.000 ans.

L'ocre rouge tiré de l'hématite a été utilisé depuis la préhistoire, comme l'illustre les dessins des grottes de Lascaux

Dans les civilisations perse, babylonienne et égyptienne

Les civilisations perse et babylonienne utilisent l’hématite grise et lui attribuent probablement des pouvoirs magiques car des cylindres talismaniques sont fréquemment réalisés dans cette matière. On a retrouvé notamment des petits cylindres datant de 4.000 ans avant notre ère. Gravés de caractères cunéiformes, ils sont percés dans l’axe pour se porter au cou.

Les Égyptiens gravent l’hématite et la considèrent comme une pierre précieuse, les plus beaux cristaux viennent des rives du Nil et des mines de Nubie. Les riches Égyptiennes possèdent des miroirs taillés dans les hématites spéculaires très brillantes et se maquillent les lèvres à l’ocre rouge. La poudre d’hématite éloigne aussi les indésirables habituels : maladies, ennemis et mauvais esprits. On en répand un peu partout, de préférence devant les portes.

L’hématite diluée constitue un excellent collyre. Une peinture d’une tombe de Deir El Medineh à Thèbes représente un chantier de construction d’un temple. On y voit un ouvrier blessé à l’œil recevant les soins d’un médecin muni de ses fioles et de ses instruments. A l’aide d’un stylet, l’homme de sciences instille un collyre rouge d’hématite dans l’œil du patient.

Dans l’Antiquité grecque et romaine

Les Grecs et les Romains attribuent les mêmes vertus à l’hématite puisqu’ils l’utilisent broyée « pour calmer les fluxions des yeux ». Cette propriété récurrente attribuée à l’hématite dans l’Antiquité remonte peut-être à la légende de la pierre fabuleuse nommée lapis-medus (pierre des mèdes). Le peuple mède, ancienne civilisation proche des perses, aurait possédé une hématite miraculeuse de couleur verte et noire propre à rendre la vue aux aveugles et à guérir de la goutte en la faisant tremper dans du lait de brebis.

Fragment d'hématite brute

L’hématite pulvérisée guérit aussi les brûlures, les maladies du foie et paraît salutaire aux blessés perdant leur sang sur les champs de bataille. Elle est utilisée en interne dans du vinaigre contre l’hémoptysie, les affections de la rate, les hémorragies gynécologiques et contre les poisons et morsures de serpents.

L’hématite apporterait d’autres bienfaits inattendus. Elle ferait découvrir à l’avance les embûches des barbares, elle interviendrait favorablement dans les demandes adressées aux princes et assurerait une bonne conclusion dans les procès et jugements.

Le pigment d’ocre rouge colore les temples grecs et les peintures les plus nobles. Les Romains le nomme rubrica (dans le centre de la France on l’a d’ailleurs appelé rubrique pendant très longtemps). Théophraste, élève d’Aristote, décrit l’hématite « d’une texture serrée et solide qui semble, comme son nom l’indique, être formée de sang pétrifié », tandis que Virgile et Pline célèbrent la beauté et l’abondance des hématites d’Éthiopie et de l’Île d’Elbe.

Au Moyen-Âge

Au Moyen-Âge, l’hématite en poudre entre fréquemment dans la composition d’une peinture particulière, la grisaille. Les vitraux, chefs-d’œuvre de nos cathédrales et églises gothiques, sont réalisés avec cette peinture de verre. Son élaboration s’avère délicate et complexe mais il s’agit, pour simplifier, d’un mélange, composé de pigment en poudre et de verre fusible également en poudre, lié par un liquide (vin, vinaigre ou même urine).

Au Moyen-Âge, l'hématite en poudre entre fréquemment dans la composition d'une peinture particulière : la grisaille

A partir du XVème, les ateliers ont créé une nouvelle couleur vitrifiable, exclusivement à base d’hématite, la sanguine « Jean Cousin » qui sert à peindre les carnations des personnages. Plus tard, on en fait des craies et des crayons très prisés dès la Renaissance. Léonard de Vinci les utilise pour ses travaux préparatoires et aujourd’hui encore les sanguines restent très appréciées pour le beau rendu des reliefs et la chaude atmosphère qui s’en dégage. Une variété dure d’hématite trouve un usage dans le polissage des métaux, on la nomme « pierre à brunir ».

Jean de Mandeville, auteur d’un lapidaire au XIVème siècle, nous renseigne sur les autres vertus de l’hématite. On constate une continuité avec les indications de l’hématite sous l’Antiquité :

« Pierre subrouge en couleur de fer mêlée de vaines (veines) sanguines. On esmoult les cuteaulx (aiguise les couteaux), on fait une très belle liqueur a esclarsir la veüe (vue). La poudre de cette pierre avec eau beüe (bleue) guérit ceux qui vomissent sang par la bouche. Bonne contre la goutte, fait les femmes grosses porter leur enfant jusqu’aux temps, guérit les emoroydes qui saignent, restrain le flux des femmes (règles hémorragiques) efficace contre les morsures de serpent et quant on la boit est efficace contre les calculs de la vessie. »

A l’époque moderne

Au XVIIIème siècle, le Duc de Chaulnes, naturaliste et chimiste, nous apprend que l’hématite entre dans la composition de « la teinture de Mars apéritive ». Il existe aussi une « liqueur stiptique » d’hématite (astringent), un « magistère » (potion à base de minéraux), une huile et des pilules d’hématite !

Le dernier conseil pour profiter de ses bienfaits est « une calcination légère, quelques bulles pas plus. On la lave ensuite plusieurs fois même si on ne l’a pas calcinée avant car il y a une différence pour la force et la qualité entre l’hématite lavée et celle qui ne l’est pas ».

Hématite noire - Pierre de Lithothérapie

Vertus et propriétés de l’hématite en lithothérapie

L’hématite, pierre de sang, n’usurpe pas son nom. L’oxyde de fer qui la compose circule aussi dans notre sang et colore notre vie en rouge. Le manque de fer cause l’anémie et amène fatigue, pâleur, manque d’entrain. L’hématite ignore ces carences, elle possède en réserve dynamisme, tonus et vitalité. Elle propose une réponse à toutes les affections du sang et offre bien d’autres compétences utiles dans le cadre de la lithothérapie.

Les bienfaits de l’hématite contre les maux physiques

L’hématite est utilisée en lithothérapie pour ses vertus fortifiantes, tonifiantes et purifiantes. On la recommande en particulier pour aider à soigner les affections liées au sang, à la cicatrisation, à la régénération des cellules et au processus de guérison en général.

  • Combat les troubles circulatoires : varices, hémorroïdes, maladie de Reynaud
  • Soulage les migraines et autres céphalées
  • Régularise la tension artérielle
  • Stimule l’absorption du fer (anémie)
  • Purifie le sang
  • Désintoxique le foie
  • Active les fonctions rénales
  • Action hémostatique (règles abondantes, hémorragies)
  • Favorise la cicatrisation et à la régénération des cellules
  • Résorbe les hématomes
  • Calme les symptômes de spasmophilie (crampes, anxiété)
  • Apaise les problèmes oculaires (irritations, conjonctivite)

Les bienfaits de l’hématite sur le psychisme et le relationnel

Bienfaits de l'hématite sur le psychisme - Lithothérapie en Ligne

Pierre d’ancrage et d’harmonie, l’hématite est utilisée en lithothérapie pour ses bienfaits sur le psychisme, à une multitude de niveaux. Il est à noter qu’elle s’associe très bien avec le quartz rose.

  • Redonne courage, énergie et optimisme
  • Favorise l’écoute de soi et celle des autres
  • Renforce la conviction
  • Améliore la confiance en soi et la volonté
  • Atténue la timidité féminine
  • Stimule la concentration et la mémoire
  • Facilite l’étude des matières techniques et des mathématiques
  • Aide à surmonter les addictions et compulsions (tabagisme, alcool, boulimie…)
  • Atténue les comportements autoritaires et colériques
  • Apaise les peurs et favorise un sommeil réparateur

L’hématite harmonise tous les chakras, elle est plus particulièrement associée aux chakras suivants : 1er chakra racine (Muladhara chakra), 2ème chakra sacré (Swadisthana chakra) et 4ème chakra cœur (Anâhata chakra).

Purification et rechargement de l’hématite

L’hématite se purifie en la plongeant dans un récipient en verre ou en terre rempli d’eau distillée ou légèrement salée. Elle se recharge simplement au soleil ou sur un amas de quartz ou à l’intérieur une géode d’améthyste.

Cet article vous a plu ?

Téléchargez gratuitement votre guide d'introduction à la lithothérapie
grâce au formulaire disponible ci-dessous :

2017-07-18T10:27:47+00:00 Par |

A propos de l’auteur :

Lithothérapie en Ligne est un site dédié aux pierres et cristaux et à leur usage dans le cadre de la lithothérapie. Découvrez comment vous pouvez utiliser le pouvoir des gemmes pour votre bien-être, et trouvez les pierres dont vous recherchez les bienfaits grâce à notre moteur de recherche de lithothérapie : https://www.lithotherapie.net/

4 Commentaires

  1. Bouchet Sophie 20 janvier 2017 à 18 h 51 min␣- Répondre

    Merci

  2. Bouchet Sophie 20 janvier 2017 à 18 h 52 min␣- Répondre

    Merci de m’envoyer le guide.
    Bien cordialement

  3. diane 5 avril 2017 à 15 h 45 min␣- Répondre

    bonjour,
    Je voudrai une bague comme ca, ou je en trouver ?
    merci
    merci
    Alors Soso tu fais koi de beaux !

  4. danniel 18 juin 2017 à 19 h 19 min␣- Répondre

    Je possede une bonne quantité de ses pierres naturelles que je vends

Laisser un commentaire